https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/efh-vignette-863x416-unnews_1623931078761-jpg
  • Le 16 juin 2021
    false false

Résolument engagée pour contribuer à créer une société plus inclusive et égalitaire, l’Université de Nantes a conçu un plan de 50 actions prioritaires pour intégrer l'égalité femmes-hommes et la lutte contre les discriminations dans tous les aspects de son fonctionnement.

Rémunération, parentalité, équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, violences sexuelles et sexistes... Avec 37 000 étudiants et 4000 personnels, l'Université de Nantes est naturellement concernée par les enjeux d'égalité entre les femmes et les hommes. Très investie sur les questions d’inclusion, l'université porte une double responsabilité, comme le précise Françoise Le Fichant, vice-présidente responsabilité sociale : "Nous devons à la fois faire évoluer nos propres pratiques, pour offrir les meilleures conditions d’études et de travail à notre communauté universitaire, mais aussi contribuer à faire évoluer la société, par l’enseignement et la recherche que nous menons sur l'enjeu fondamental de l'égalité entre les femmes et les hommes."

Cet engagement sera marqué, en 2021, par l'adoption d'un "plan d'actions pour favoriser l'égalité entre les femmes et les hommes et lutter contre les violences sexuelles et sexistes à l'Université de Nantes", adopté à l’unanimité lors du conseil d'administration de l'établissement vendredi 28 mai 2021.

L'université a fait le choix de construire un plan d'actions répondant aux problématiques de ses personnels mais aussi de ses étudiantes et étudiants. Cette feuille de route stratégique est le fruit d'une démarche initiée en novembre 2020, à laquelle ont été associés enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses, personnels BIATSS, représentants et représentantes des instances de l’établissement et des associations étudiantes. "L'Université de Nantes joue pleinement son rôle sociétal lorsqu’elle dépasse la nécessité réglementaire d'adopter un plan d'égalité professionnelle, pour développer un plan d'actions plus large, plus ambitieux, applicable à l'ensemble de la communauté universitaire, précise Théo Madec-Guillot, vice-président étudiant. La contribution des associations étudiantes et des élus étudiants ancre la démarche dans la réalité de nos campus et permet à l'université de consolider le lien essentiel avec ses étudiantes et étudiants."

Grâce aux propositions formulées dans le cadre des groupes de travail, le plan s'est structuré autour de 50 actions réparties sur 10 grands domaines. Il prévoit, entre autres :
 
  • la réalisation d'un rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes, personnels, étudiantes et étudiants
  • la facilitation des modalités de signalement auprès de la cellule d'écoute harcèlement
  • des dispositifs de lutte contre la précarité menstruelle
  • la représentation équitable des femmes et des hommes dans l'attribution de primes, congés pour recherches ou conversions thématiques, congés pour projet pédagogique...
Adopté pour une durée de 3 ans, ce plan sera mis en œuvre dès cet été, de sorte à déployer les premières actions concrètes à partir de la rentrée universitaire de septembre 2021.

"L'Université de Nantes est déterminée à faire changer les regards et modifier les comportements individuels et collectifs, ajoute Carine Bernault, présidente de l’université. J'ai placé l'égalité femme-homme dans les priorités de mon mandat, pour accélérer notre évolution vers une université plus inclusive, luttant contre toute forme de discrimination. Ce plan d'actions, fondamental pour l'Université de Nantes, préfigure les valeurs et l'engagement fort de Nantes Université en matière d'accompagnement, de soutien et de valorisation des actions visant à équilibrer la place et la représentation des femmes et des hommes à tous les niveaux de son organisation."