https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/nantes2_1611562046033-jpg
  • Le 25 janvier 2021
    false false

Comment votent les habitants de Nantes Métropole ? Quel est l’impact des politiques publiques en matière de transport et de mobilité sur le territoire ? À partir des toutes les données disponibles et d’enquêtes menées sur le terrain, des chercheurs et des ingénieurs en sciences sociales de l’Université de Nantes et de l’École d’architecture (géographes, sociologues, aménageurs, urbanistes,...) ont développé "un atlas social" en ligne de la métropole permettant de rendre compte, décrypter et comprendre les évolutions, dynamiques et réalités sociales du territoire nantais.

Atlas social de la métropole nantaise Dynamique, attractive, culturelle,... Les qualificatifs pour décrire Nantes et sa métropole ne manquent pas. Mais derrière les mots, quelle est la réalité du territoire ? C’est en se posant cette question qu’une trentaine de chercheurs nantais se sont lancés dans une démarche scientifique pluridisciplinaire pour mettre en lumière les problématiques du territoire et aller "au-delà" des clichés. "L’idée du projet est d’interroger la dimension spatiale des inégalités sociales dans les mondes urbains", explique Jean Rivière, maître de conférences en géographie à l’Université de Nantes et co-coordinateur du projet. "Autrement dit, il s’agit de tenter de mettre au jour les logiques sociales qui permettent de comprendre les structures d’organisation de l’espace urbain et métropolitain".

Cette démarche s’est concrétisée par la création d'un site web qui permet aujourd’hui, cartes à l’appui, de suivre par exemple les processus d’urbanisation, les dynamiques démographiques, les hiérarchies sociales et leurs inscriptions urbaines ou bien encore de comprendre les parcours des "migrants" dans la ville. De la multiplication des évènements de courses à pied à la consommation bio et locale en passant par le phénomène d’abstention aux élections, les chercheurs en sciences sociales apportent tour à tour leur expertise et leur regard sur différents sujets pour donner à voir sur des réalités invisibles, voire méconnues.
 

Une démarche de science ouverte

Pour élaborer cet atlas, les chercheurs ont mobilisé un grand nombre de sources, notamment un grand nombre de cartographies s’appuyant sur des indicateurs, comme les recensements de la population de l’INSEE (tranches d’âges, catégories socioprofessionnelles, statuts d’occupation des logements,...), mais aussi des données issues de la Direction Générale des Impôts (revenus des ménages), de la Caisse d’Assurance Familiale (allocations sociales), du Ministère de l’Intérieur (résultats électoraux à l’échelle des bureaux de vote), mais aussi des services de Nantes Métropole, dont les données sont de plus en plus accessibles en open-data. L’Université de Nantes a elle-même participé en ouvrant ses données relatives à ses personnels et ses étudiants, dont les localisations géographiques seront bientôt étudiées.

Pour compléter ce travail d'analyse des "data", les chercheurs ont en parallèle multiplié les enquêtes de terrain qualitatives pour permettre de rendre compte des facettes de la société qui ne sont pas couvertes par les statistiques institutionnelles. L’ensemble de ces planches publiées en ligne seront prochainement publiées au format papier (collection "Géographie sociale" - Presses universitaires de Rennes). A l'avenir, les chercheurs réfléchissent également à construire un réseau des atlas urbains de ce type à l’échelle européenne.

Atlas social de la métropole nantaise