https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/esclavage_1598434108974-png
  • Le 03 juillet 2020
    false false

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, alors que la traite des Noirs organisée par les États européens et le système des colonies de plantation sont à leur apogée, des individus envisagent d’abolir l’esclavage. Ce projet représente à bien des égards une révolution dans l’histoire de l’humanité... Le continent américain constitue un terrain d’observation privilégié de la question abolitionniste, de ses enjeux et de ses répercussions, notamment pour les puissances coloniales européennes et pour des ports comme celui de Nantes. Les esclaves et les anciens esclaves ont joué un rôle décisif dans ce processus, comme en témoignent par exemple les écrits de certains d’entre eux publiés aux États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles.



À l'occasion de ses Journées scientifiques, l’Université de Nantes recevait trois invités experts sur le sujet :
  • Frédéric Régent, maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire moderne, IHMC-UMR CNRS 8066, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Président du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage
  • Bernard Michon, Maître de conférences en histoire moderne, directeur adjoint du Centre de recherche en histoire internationale et atlantique, Université de Nantes
  • Claire Parfait, Professeur d'études américaines à l'Université Paris 13 ; en délégation au CNRS 2018-19 à l'UMR LARCA, Université Paris Diderot
La conférence-débat était animée par Héloïse Lhérété, rédactrice en chef du magazine Sciences Humaines.