https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/armelvideo_1605281060156-JPG
  • Le 13 novembre 2020
    false false

Après seulement 3 jours de course, Armel Tripon qui a pris le départ du Vendée Globe, tour du monde en solitaire et sans escale dimanche dernier a connu une avarie technique à bord de son bateau. Une pièce importante qui l’empêche de naviguer correctement. Mais le marin nantais est déterminé et ne lâche rien. Il espère pouvoir monter en haut de son mat dès que les conditions en mer seront plus calmes pour réparer et vite repartir en course. Qui est Armel Tripon ? Le skipper de l’Occitane partenaire de l’Université de Nantes, s’est livré avant son départ au jeu de l’interview-portrait. Découvrez ce marin attachant, et n’hésitez pas à lui envoyer vos bonnes ondes ! Retour sur cette première semaine de course, déjà à rebondissements.




Rétrospective

Le Vendée Globe est parti ! Après une belle émotion à l’arrivée au ponton, puis dans le chenal des Sables-d’Olonne où l’Occitane en Provence s’engageait le premier, Armel Tripon a lancé son bateau noir et jaune vers le grand large, sous le soleil. C’était à 14h20 dimanche 8 novembre 2020. Un magnifique spectacle suivi par plus de 1, 6 millions de téléspectateurs sur France 3. Le marin nantais s'élançait pour son premier tour du monde en solitaire et sans escales avec 32 autres skippers d’exception.
Après un départ dans des conditions plutôt clémentes, les bateaux et les hommes ont été rapidement mis dans le bain, et malmenés dès la première nuit en mer. Un début de course difficile qui n'a pas laissé beaucoup de repos aux marins devant faire face à une météo complexe, les obligeant à faire de nombreuses manœuvres pour naviguer dans une mer croisée, et faire des choix stratégiques pour décider de la meilleure route à prendre.

Coup dur pour Armel , avarie après 3 jours en mer !
Alors qu’il naviguait aux avants postes avec les favoris, Armel a rencontré dans la nuit de mardi à mercredi 11 novembre des problèmes techniques avec le "hook" (*)de "J3" (voile d’avant), une pièce importante située en haut de mat et qui permet - pour faire simple - de hisser la voile. Compte tenu des conditions météo, du vent fort et de la mer très formée , avec des creux de 4 à 5 mètres, à ce moment-là, Armel n’était pas en mesure de monter dans le mat pour réparer dans des conditions de sécurité suffisantes. Il a alors décidé de se détourner vers la Corogne (Espagne), point le plus proche, afin de se mettre à l’abri pour réparer.  Puis, quelques heures plus tard,  il s'est ravisé.

   "  Comme disait Mandela je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends… Ben là, j’apprends !  "
Armel Tripon

« Soit je gagne, sois j’apprends… »
Après avoir évalué toutes les solutions techniques possibles pour remplacer le "Hook de J3" en lien avec son équipe technique à terre , Armel Tripon a finalement décidé de reprendre sa route en ayant sécurisé son mat. L'idée étant de profiter ultérieurement d’une accalmie pour procéder à la réparation en mer. Avec cette décision, il évite de perdre encore plus de temps et de distance par rapport au reste des bateaux qui tracent dans le sud.
Armel navigue désormais en arrière de la flotte, mais il ne lâche rien. Et surtout pas sa détermination ! Il a pris du retard certes, mais il est toujours en course. Et c'est l'essentiel !
Dans une vidéo qu’il a envoyée peu de temps après l’avarie , il reste positif et combatif malgré tout et cite Mandela. Un problème ? Une solution.

La route est longue...
Armel n'est pas le seul bateau à avoir connu des déboires en ce début de Vendée Globe. Un des favoris de la course, Jérémy Beyou sur Charal  a du faire demi tour après avoir heurté un O.F.N.I ( Objet Flottant Non Identifié) qui a endommagé son bateau. Pas moins de 6 concurrents en moins de 60 heures de course ont connu aussi des problèmes avec leur "Hook". 
Le Vendée Globe est  ainsi. Une course exigeante où tout peut arriver.  Armel va avoir accumulé beaucoup de retard sur ces camarades qui filent à vive allure en direction de  la tempête Theta tout en cherchant  à la contourner. Mais la route est longue. 44 000 km à parcourir.  De quoi voir venir !


(*) Le Hook est une pièce en 2 partie, l'une rattachée à la voile, l'autre au mât. En hissant la voile, les 2 pièces viennent se clipser l'une dans l'autre. Explication sur le site de Voiles & Voiliers.