• Le 30 juillet 2019

À la pointe de la recherche, le CHU, l’Inserm, et l’université de Nantes (Loire-Atlantique) étudient les possibilités des cellules souches fœtales. Leur pouvoir régénératif pourrait permettre de soigner des brûlures du second degré. Entretien avec Brigitte Dréno, Professeur, chef de service de Dermatologie, directrice de l’unité thérapie cellulaire et génique, du CHU de Nantes.

Professeur Brigitte Dréno, chef de service de Dermatologie, directrice de l’unité thérapie cellulaire et génique, du CHU de Nantes. (Photo : Ouest-France)
Professeur Brigitte Dréno, chef de service de Dermatologie, directrice de l’unité thérapie cellulaire et génique, du CHU de Nantes. (Photo : Ouest-France)