https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/sante_1634634924039-jpg
  • Le 20 octobre 2021
    false false

Une étude menée par le Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes Angers (CRCINA), en collaboration avec une équipe de l’Unité de thérapie cellulaire et génétique du CHU de Nantes ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques dans le domaine de la cancérologie grâce à l’utilisation d’une nouvelle méthode originale.

Mélanome Le mélanome est une forme de cancer de la peau parmi les plus dangereuses. Il se traduit par des tumeurs cancéreuses formées via des cellules particulières : les mélanocytes (celles qui donnent la pigmentation à notre peau). On parlera de mélanome métastasique dès lors que le cancer a migré, ou est réapparu dans une autre zone de l’organisme que son emplacement initial.

Aujourd’hui, on trouve diverses formes de traitements, par exemple l’utilisation d’inhibiteurs de checkpoints immunitaires (ICIs). Ces checkpoints sont des récepteurs présents à la surface des lymphocytes T (LT), capables de détruites les cellules cancéreuses. Ce traitement est intéressant, néanmoins, l’efficacité de ces ICIs, utilisés seuls ou en combinaison, est restreinte.
 

Une méthode connue, mais une approche originale

Ce manque d’efficacité pourrait s’expliquer par le fait que ces ICIs ne permettent pas, chez certains patients, de mobiliser suffisamment les LT spécifiques des cellules tumorales. Pour pallier à ce problème, les équipes de Nathalie Labarrière (CRCINA) et Brigitte Dréno (CHU de Nantes) se sont penchées sur une nouvelle méthode déjà utilisée dans le traitement du mélanome : "le transfert adoptif de lymphocytes T spécifiques de tumeur".

Cette thérapie consiste à ré-injecter au patient ses propres LT, après une étape de sélection ou d’enrichissement en LT spécifiques de la tumeur. L’originalité de la méthode utilisée à Nantes repose d’une part sur la méthode de sélection de ces LT spécifiques qui a été développée par le Pr François Lang (CRCINA), et d’autre part sur le choix des antigènes ciblés par ces LT, dont l’un d’entre eux (MELOE-1) découvert également par cette équipe, est un nouvel antigène particulièrement prometteur.
 

Une alternative thérapeutique pour le mélanome… et d’autres cancers

Dans cette étude, six patients atteints de mélanomes métastasiques ont reçu une injection : aucun des patients n’a présenté d’effets secondaires, et l’un d’entre eux a même présenté une réponse partielle au traitement. L’ensemble de ces données suggèrent que, en combinaison avec les ICIs, le transfert adoptif de lymphocytes T spécifiques de tumeurs, produits selon cette méthode simple et rapide, pourrait représenter une alternative thérapeutique pour les patients porteurs de mélanome métastatiques, réfractaires aux traitements actuels, voire d’autres cancers.