• Le 16 juin 2020

La radiothérapie externe est utilisée dans 60% des protocoles de traitements des cancers. Malheureusement, des effets toxiques sur les tissus sains dans le champ d’irradiation limite l’efficacité de ce traitement. Une équipe de recherche du Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers ( CRCINA / Inserm / CNRS / Université de Nantes / Université d'Angers) a essayé de comprendre les mécanismes de toxicité sur les tissus sains de la radiothérapie.

RadiothérapiePublié dans la revue Cancer Research par les équipes Inserm nantaises PETRI du Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers (UMR 1232) et de l'unité de recherche The Enteric Nervous System in Gut and Brain Disorders (TENS - UMR 1235), les résultats permettent de clarifier le rôle des microvaisseaux dans la nécrose de l’intestin grêle après exposition aux rayonnements ionisants. Grâce à l’utilisation de différents modèles cellulaires, le consortium a pu démontrer que la sécrétion de 2 facteurs, l'ASM et le céramide par les cellules endothéliales irradiées, favorisent la mort et bloque la prolifération de l'épithélium intestinal.

Ces travaux permettent de définir de nouveaux médiateurs sanguins de radiosensibilité jusqu'alors inconnus et devraient amener au développement d’une nouvelle classe de radioprotecteurs limitant les effets indésirables de la radiothérapie.