• Du 18 mars 2019 au 19 mars 2019

Discuter des grands enjeux à 2030 sur l'éolien flottant, du développement de la technologie et de son acceptabilité, et préparer l’avenir pour faire émerger à court terme des collaborations entre les Etats-Unis et la France, tels étaient les sujets à l’ordre du jour des "French American Innovation Day" de Boston, les 18 et 19 mars derniers, sur le thème "Floating Offshore Wind Energy Technology". L'Institut Universitaire Mer et Littoral (IUML / Université de Nantes, Centrale Nantes, ENSM, IFREMER et CNRS) à l’initiative de son directeur Franck Schoefs et du Service pour la Science et la Technologie (SST) de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, a co-organisé avec la Northeastern University, l'édition 2019 de ce prestigieux événement. Pas moins de 120 participants, chercheurs et industriels des deux pays ont planché ensemble sur ces questions. Un format inédit, avec des sessions de networking qui ont portées leurs fruits : pas moins d’une dizaine de projets d’amorçage vont être élaborés dans les 2 mois !

Des experts français et américains, chercheurs et responsables R&D d'entreprises de haut niveau

Organisé depuis 2001 par le Service pour la Science et la Technologie (SST) de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, le French-American Innovation Day (FAID) rassemble des experts français et américains de haut niveau sur une thématique porteuse d’innovation. Cet évènement vise à stimuler l'innovation dans des secteurs économiques et de recherche, dans lesquels les deux pays ont des compétences industrielles et académiques complémentaires et une volonté de coopérer. Chaque année, les thématiques changent. Les précédentes éditions du FAID ont porté sur des sujets tels que le stockage de l’énergie, la gestion de l’eau, la recherche translationnelle et la maladie d’Alzheimer.  C’est dans ce cadre et celui du programme « Make Our Planet Great Again », que l'Institut Universitaire Mer et Littoral (IUML / Université de Nantes, Centrale Nantes, ENSM, IFREMER et CNRS) avec la Northeastern University a co-organisé l'édition de Boston 2019, les 18 et 19 mars derniers, sur le thème "Floating Offshore Wind Energy Technology" :  « de la conception et de l'installation de parcs d'éoliennes flottantes depuis la R&D, en passant par l’acceptabilité sociétale, jusqu’à la mise sur le marché ».

La France entend bien entrer dans la compétition mondiale pour capter l’énergie du vent en mer, sur des éoliennes flottantes, tirant partie de son formidable potentiel industriel. Une ambition partagée par tous les acteurs du grand Ouest de la filière EMR (Energies Marines Renouvelables) mobilisés autour de cet objectif stratégique commun. L’objectif était d’emmener une délégation de chercheurs et responsables R&D d'entreprises afin de favoriser les collaborations entre des acteurs des deux pays. La finalité ? Qu’à l'issue de l'évènement soit identifié une liste d'idées de projets de coopération et, qu'à court terme, au moins 2 à 3 projets de coopération émergent.  Le bilan est positif. Pas moins de 120 personnes ont participé à ces réunions de travail, faisant salle comble, soit une délégation française de plus de 40 chercheurs et entrepreneurs, pour majorité issus des Pays de la Loire, et des industriels et académiques américains. Fortement soutenue en France par la Région Pays de Loire, la West Atlantic Marine Energy Community et le Pôle Mer Bretagne Atlantique, Cette action répond à la volonté de favoriser l'internationalisation et l'innovation des entreprises de la filière EMR. Elle participe de la notoriété du territoire régional et de la coopération entre académiques et entreprises.




Un format inédit, 10 amorçages de projets identifiés

Un format inédit a donc été construit par Franck Schoefs, le directeur de l’IUML, ses homologues américains et le consulat, privilégiant des sessions de présentations courtes suivies des séances de brainstorming longues et d'échanges dont la qualité, la richesse et la grande ouverture dans les discussions ont été très appréciés. Les groupes de travail se sont concentrés sur trois thématiques : comment accélérer l'innovation aux niveaux des éoliennes flottantes ? Améliorer la fiabilité des systèmes d'ancrage ou encore l’analyse des risques à savoir quels modèles économiques et organisation de la gouvernance envisager pour une meilleure acceptabilité. Ces trois grands piliers ont permis de faire apparaitre une dizaine d'amorçage de projets qui vont être élaborés et retravaillés dans les 2 mois. Le principe des projets est d’impliquer à minima un partenaire français et un américain.

Si l'éolien offshore (en mer) est l'énergie marine la plus utilisée dans le monde, capter l’énergie du vent en allant chercher un vent de meilleure qualité au large est la solution d’avenir. Non seulement parce que l’éolien flottant permet d’obtenir des puissances plus importantes pour réduire les coûts mais aussi augmente l’acceptabilité et réduit les conflits.  Contrairement à la technologie des éoliennes posées où la France accuse un retard en la matière, les éoliennes flottantes sont un de ses atouts majeurs tant industriel (avec des Champions comme Naval Energie et les Chantiers de l’Atlantique, mais aussi un réseau de PME fédéré dans Néopiolia) qu’académiques. Les acteurs de la filière des énergies marines renouvelables savent que des milliers d'emplois en conception, construction et maintenance sont à la clé et que la France peut développer une nouvelle filière industrielle tout en oeuvrant concrètement contre le réchauffement climatique. Il est temps d’agir et être volontaristes pour être dans la compétition. C’est dans ce sens qu’ils ont participé activement à ces « French Américan Innovation Days » pour continuer à aller de l’avant.




Ils ont dit :

« Nous étions une quarantaine de français dont un 1/3 d’industriels pour 80 américains. Nous avons pu faire connaissance également avec des entrepreuneurs français présents sur le territoire américain. Sur ces sessions de 2 jours, l’objectif était clairement de partager des informations et des nécessités d’innovations pour construire des projets répondants aux ambitions de la filière et tout le monde a joué le jeu ! Nous sommes allés loin dans la réflexion jusqu’à élaborer des modalités de co-financement des projets. C’était une très belle édition. Les industriels étaient très enthousiastes. Avec nos homologues américains, nous sommes en phase sur la technologie, nous n’avons pas à rougir ! Si sur l’éolien posé nous sommes plus dans la course, nous avons toute notre  légitimité sur l’éolien flottant, et nous travaillons en ce sens avec Weamec, la Région Pays de la Loire ou encore le PMBA pour bien nous positionner. »

Franck Schoefs, directeur de l’IUML, Université de Nantes

« Vous avez rassemblé un nombre impressionnant de participants français. J’ai été impressionné par votre capacité à persuader autant de personnes de traverser l’Atlantique pour cet événement. C’était formidable de rencontrer les collègues français et j’ai prévu des discussions avec plusieurs d’entre eux afin de monter des projets. »

 Andrew T. Myers, PhD, PE, Associate Professor, Northeastern University

« Nous avons apprécié rencontrer à la fois des Français et des collègues américains aussi impliqués qu' enthousiastes sur le sujet des énergies marines. Cet événement était très pointu, techniquement parlant, et tout l'intérêt était dans ce mix de grande qualité de partenaires spécialistes de l'éolien flottant. Nous sommes impatients de la suite et nous allons rester en contact pour participer et soutenir les futurs événements autour de ces sujets»

Derek Stilwell, Directeur Commercial Amérique du Nord, General Electric Energies Renouvelables, Eolien Offshore