https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/vignette-rentree-sanitaire_1602841627174-jpg
  • Le 20 octobre 2020
    false false

Depuis la fin du mois d'août, l'Université de Nantes, ses personnels et ses étudiant·es, sont mobilisés pour mettre en œuvre et respecter un plan sanitaire exceptionnel visant à maîtriser la diffusion de la Covid-19 sur les campus. Exigeant, ce plan demande un investissement de la part de toutes et tous, dans un contexte national et local préoccupant, pour faire évoluer les comportements face à la pandémie. Aujourd'hui, l'université marque un point d'étape et dresse le bilan sanitaire des deux mois écoulés.

Les services de santé de l'Université de Nantes consolident quotidiennement des indicateurs de suivi de l'épidémie au sein de la communauté universitaire, qui sont ensuite remontés au rectorat et à l'Agence régionale de santé (ARS). Désormais, le nombre d'étudiant·es et de personnels déclarés positifs à la Covid-19 ainsi que le taux d'incidence (c'est-à-dire le nombre de personnes infectées sur 1 semaine dans une population de 100 000 habitants) seront également communiqués chaque semaine sur l'espace d'information Covid-19 du site web de l'université.
  • Au 20 octobre, l'université comptabilisait 272 cas positifs depuis la rentrée universitaire, avec un taux d'incidence, rapporté à la taille de la population universitaire*, à 236
Carine Bernault, présidente de l'Université de Nantes précise : "Les clusters étudiants sont une réalité, mais la grande majorité des étudiantes et des étudiants a pris la mesure des risques sanitaires et agit de façon tout à fait responsable. Il y a d’ailleurs très peu de cas de figure pour lesquels la contamination s’est produite au sein de l’établissement. Je les remercie sincèrement, ainsi que l'ensemble des personnels, pour leur implication dans cet effort collectif".
 

Une situation maîtrisée à l'Université de Nantes

Pour accompagner le retour des personnels et des étudiant·es sur les campus, l'Université de Nantes a déployé dès fin août un dispositif sanitaire exigeant, dans le plus strict respect des consignes nationales.
 
  • Parmi les moyens mis en œuvre : 500 bornes de gel hydro-alcoolique installées sur l'ensemble des sites universitaires, 1 million de masques chirurgicaux commandés pour les personnels, 30 000 masques en tissu dispatchés à nos étudiants boursiers, 3600 visières distribuées aux enseignant·es...
  • D'autres chantiers sont actuellement en cours pour fournir des masques à l'ensemble des étudiants et s'approvisionner en masques inclusifs, pour garder le lien avec les étudiant·es et les personnels déficients auditifs.
L'Université de Nantes a par ailleurs la chance de disposer d'un service de médecine intégré à l'établissement, qui travaille en étroite collaboration avec l'Agence Régionale de Santé. Une expertise reconnue par l'ARS, qui a récemment confié à ce service la gestion des cas positifs d'étudiant·es, à l'université et dans les établissements d'enseignements supérieurs nantais conventionnés avec l'université. "Nous avons mis en place une cellulecontact tracing à la demande de l’Agence Régionale de Santé et de la CPAM, et nous sommes en permanence en lien avec elles, pour les échanges d’information et l’identification d’éventuels clusters, explique le Dr Michel Blanche, responsable du service de médecine des étudiants. Concrètement, nous accompagnons nous-mêmes les étudiant·es testés positifs dans l'identification de leurs cas contacts et le dépistage de ces derniers. De la même manière nous accompagnons et facilitons le dépistage des étudiant·es identifié·es comme cas contacts".

L'efficacité du dispositif repose également sur le mode de pilotage adopté dans la gestion globale de la crise sanitaire. "Les équipes de direction de l'université et des composantes, ainsi que nos experts internes en matière de santé, de sécurité et de logistique se réunissent au minimum tous les 15 jours - ou plus régulièrement si besoin, à l'occasion des comités de suivi sanitaire et opérationnel, précise Boris Roman-Dubreucq, directeur général adjoint des services. Cette organisation nous permet de coordonner rapidement la prise de décision et la mise en œuvre technique. L’implication du réseau de prévention nous permet par ailleurs de conserver un relai de proximité indispensable".

Les services universitaires s'attachent également à informer et rassurer autant que possible les personnels, à l'occasion, par exemple, de temps d'échanges pour répondre à toutes les questions du quotidien que se posent les managers ou les enseignant·es. Dans cet esprit, une vidéo à l'attention des étudiant·es a été réalisée pour répondre à leurs questions.
 

De l'importance de ne pas relâcher les efforts

L'hybridation des enseignements et le sens des responsabilités des étudiant·es et des personnels de l’université a sans aucun doute contribué à la maîtrise de la situation. Cependant, de prochaines échéances, comme les vacances de la Toussaint, vont inévitablement entraîner des déplacements et davantage de rencontres familiales ou amicales. Le mot d'ordre reste donc de ne pas se relâcher !


* Calcul du taux d'incidence rapporté à la taille de la population universitaire :
100 000 x nombre de cas positifs personnels et étudiant·es / 42 020.
Cette extrapolation est faite à titre indicatif et peut comporter des approximations.
L'effectif de référence est de 42 020 personnes, soit 4.345 personnels + 37 675 étudiant·es.
En savoir plus sur les indicateurs