https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/lucieole_1601561633894-jpg

Dimanche 8 novembre à 13h02, Armel Tripon et son IMOCA L’Occitane en Provence prendront le départ du Vendée Globe, embarquant avec lui tout un territoire mobilisé autour de ce défi sportif, technologique et humain. De travaux de recherche innovants et audacieux à des parcours pédagogiques menés avec les écoles nantaises, notamment en réseau d’éducation prioritaire, c’est une véritable aventure collective qui se dessine, portée conjointement par l’association NEPTUNE, l’Université de Nantes, la Ville de Nantes et Nantes Métropole. Le tour du monde que s’apprête à réaliser Armel Tripon verra se concrétiser différentes collaborations et travaux innovants mobilisant des équipes de recherche de plusieurs filières au sein de l’Université de Nantes, engagée aux côtés du skipper depuis plus d’un an à travers un partenariat pluridisciplinaire ambitieux.

LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE AU SERVICE D’UN DEFI HUMAIN ET TECHNOLOGIQUE

 

LuciEole, un outil d’aide à la performance pour éviter les troubles hallucinatoires

C’est bien en solitaire qu’Armel Tripon engagera cette course autour du monde de 40 000 km, soit 70 à 75 jours de course pour les bateaux les plus rapides. Sur une course de cette envergure, la performance se joue aussi sur la gestion du sommeil, garant de la lucidité du skipper dont la prise de décision doit être le moins possible altérée par la fatigue. Afin de mieux évaluer et prévenir des moments de vulnérabilité et de fatigue physique et mentale, un outil a récemment été développé par le laboratoire MIP (Motricité Interaction Performance) et Capacités, la filiale de valorisation de l’université de Nantes : une application conçue comme une véritable assistance à la performance, qui communiquera des indicateurs au navigateur sur son état de lucidité et pour ainsi prévenir et anticiper les troubles hallucinatoires. Depuis la mise à l’eau de l’IMOCA L’Occitane en Provence, l’application, baptisée « LuciEole », a été implémentée et enrichie de données en situation réelle de navigation afin d’obtenir des indicateurs les plus justes et précis possible pour le skipper nantais.

Construire durable, penser demain, fabriquer ensemble : la recherche engagée pour une construction navale responsable et vertueuse

Grand témoin des impacts environnementaux de la filière nautique comme des innovations possibles en matière de construction navale, Armel Tripon s’interroge aussi sur l’avenir de son sport et des défis écologiques auxquels il doit faire face. Aux côtés de plusieurs équipes de recherches de l’Université de Nantes, le skipper nantais a donc engagé une démarche collaborative et résiliente, à travers notamment une « analyse du cycle de vie » réalisée entre octobre 2020 et février 2021, par des étudiants du Master II CODEME de l’IAE de Nantes (Conduite de projet en développement durable, environnement – mer – énergie). Cette ACV doit étudier, mesurer et mieux comprendre l’impact environnemental d’un projet de course à la voile aujourd’hui. Il s’agira pour ces étudiants et les chercheurs associés d’adresser à l’issue de cette étude des hypothèses et pistes d’amélioration, et ainsi concourir à réduire l’empreinte environnementale d’une campagne de Vendée Globe. Démarche inédite, pour le moins innovante, mise en partage avec une classe de CM1 -CM2 de l’école Marsauderies à Nantes, en partenariat avec le Séquoia, Pôle Environnement de la Ville de Nantes. Soucieux d’agir dès à présent et de défendre une autre vision de la performance en navigation, Armel Tripon a par ailleurs sollicité l’université de Nantes et sa filiale Capacités SAS, à travers le laboratoire du GeM (Institut de Recherche en génie civile et mécanique) et l’IUT de Saint-Nazaire, pour développer ensemble un catamaran de sport, équipé de foils et fabriqué à partir de matériaux biosourcés. Initiative inédite qui entend bien défendre le renouvellement des pratiques, des savoir-faire et des matériaux dans la construction navale.

LE VENDEE GLOBE, UNE AVENTURE MARITIME QUI ESSAIME EN VILLE

Une odyssée qui s’écrit avec le jeune public
Les écoliers nantais seront les premiers à prendre le large avec Armel Tripon, à l’occasion d’un chantier pédagogique, artistique et scientifique inédit, dans la suite de la dynamique initiée l’année passée avec quatre classes de l’école Alain Fournier à Bellevue. Aux côtés de la Ville de Nantes via son Centre Ressources Lecture-Ecriture et son Pôle Sciences et Environnement SEQUOIA, l’association NEPTUNE proposera à 400 écoliers et leurs enseignants (avec des classes issues principalement du réseau d’éducation prioritaire de la Ville) de partager cette aventure maritime qui donne à voir, à dire et à écrire ensemble, pour un véritable voyage entre les disciplines et les imaginaires… Ce projet, baptisé "Des mots sur le globe", propose en plus d’un suivi de course une véritable immersion dans le quotidien du navigateur au moyen de l’écriture et la science appliquée. Des correspondances régulières entre le marin et les enfants viendront nourrir un suivi de course interactif où l’écriture occupera une place singulière. Les productions des écoliers pourront circuler dans la ville, et seront valorisées lors des temps forts pendant la course. Des boîtes à outils ont été développées dans le cadre de ce projet, disponibles en ligne et à disposition de tous les enseignants à l’échelle nationale.

  
Nantes dans le sillage du globe
En écho à cette mobilisation des établissements scolaires, habitants et acteurs économiques seront eux aussi conviés à partager leurs rêves de large ainsi que leur rapport à la mer et à l’horizon dans le cadre d’un concours organisé par l’association NEPTUNE. Des rendez-vous thématiques et des échanges en live avec Armel Tripon seront également proposés tout au long de la course de façon à suivre les aventures su skipper nantais, autant d’occasions d’interroger et de réinventer la maritimité nantaise à l’heure du Vendée Globe.

Source :  d'après le communiqué de presse de l'Association Neptune.