https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/20191128-121119_1575556844055-jpg
  • Le 28 novembre 2019
    false false

L'Université de Nantes, en partenariat avec sa filiale de valorisation Capacités SAS a inauguré sa plateforme technologique GeMUTech le 28 novembre à l'IUT de Saint-Nazaire, en présence entre autre de Thierry Brousse, Vice-Président de l'Université de Nantes en charge de la valorisation et du transfert de technologie, et de Frédéric Jacquemin, directeur de la plateforme. De nombreux partenaires et entreprises invités au lancement de ce nouvel outil se sont déplacés pour découvrir le large panel d'offres de GeMUTech : essais sur mesure, mise à disposition d'équipements remarquables, formations courtes. Cette offre pluridisciplinaire unique en génie civil et mécanique pour différents secteurs industriels présente une réelle opportunité pour les entreprises qui souhaitent développer leur activité en R&D et bénéficier d'une collaboration avec des chercheurs qui savent associer différentes compétences pour répondre au mieux à leurs besoins.

Visite des installations techniques, des salles d'essais, présentation des projets en cours, les enseignants-chercheurs et personnels techniques mis à contribution, ont ouvert grand les portes de leur institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM) pour expliquer en détail leur savoir-faire et l'objet de leur recherche. GeMUTech en quelques chiffres, c'est plus de 3000 m2 de laboratoires, plus de 1,3 M€ d’équipements qui renseignent sur la surface et l'intérieur des matériaux, l'expertise scientifique de 43 enseignants-chercheurs, environ trente projets industriels et une quarantaine de publications par an.

" Nous sommes dans un environnement ouvert sur la réalité du monde industriel, a précisé en préambule Frédéric Jacquemin. Nous collaborons avec de nombreux industriels tout au long de l'année. Par exemple, des ingénieurs issus de différentes entreprises viennent chez nous régulièrement faire des tests. Nous savons nous adapter en fonction des besoins des entreprises, des enjeux scientifiques et industriels. Et quand on ne sait pas faire, on peut s'associer à d'autres laboratoires de l'Université et cellules de compétences de notre filiale Capacités ou rediriger pour aller chercher les compétences les plus adaptées et répondre ainsi au mieux aux problématiques qui nous sont adressées".

Comprendre les phénomènes qui se produisent dans les matériaux est essentiel pour un industriel. Comprendre leur comportement au cours de la mise en oeuvre, mais aussi en fonction des conditions de service sous sollicitations mécaniques en tenant compte de l'environnement réel hygrothermique, auxquels ces derniers peuvent être soumis. Prévoir les dégradations, les anticiper, les contrôler, c'est tout l'enjeu des recherches menées dans les laboratoires GeM auquel est adossée la plateforme GeMUtech. Un savoir essentiel et reconnu, des expertises de haut-niveau couplées à des équipements de pointe permettent de caractériser, c'est à dire analyser, qualifier le comportement physico-chimique, hygrothermique et mécanique des matériaux dans une approche multi-echelle, de l'éprouvette à la structure grand format.

Les grands domaines d'application au coeur des recherches de la plateforme GeMUTech sont l'industrie des transports (ailes d’avions, coques de bateaux, cabines de paquebots, carrosserie composite...) mais aussi le bâtiment et les travaux publics (murs et façades...), les infrastructures du génie civil (quai, digue, barrage, centrale nucléaire, terrassement, dalles béton...) les Energies Marines Renouvelables (Pales d’éoliennes...) ou encore les Eco-matériaux (isolants, bio-composites...).
Parmi les multiples collaborations avec les entreprises ayant fait confiance aux laboratoires de l'Université, on peut en citer quelques unes comme Airbus, Charier, Naval Group, EDF, Bouygues Travaux Publics, Chantiers de l'Atlantique...