• Le 19 novembre 2018

En France, l'exercice infirmier en pratique avancée devient un métier intermédiaire dans le champ sanitaire. Cette évolution marque un changement majeur de conception de prise en charge pour la prévention et le soin des malades chroniques. Le CHU et l’Université de Nantes, toujours dans une logique d’innovation et de formation d’excellence des professionnels de santé, dans une démarche préfiguratrice de la future faculté en santé sur l’Ile de Nantes, ont créé des formations adaptées initiées dès la rentrée 2018, aujourd’hui accréditées par le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser).

chuLes infirmier(e)s en Pratique Avancée (IPA) sont des professionnels de santé titulaires du Diplôme d'État d'infirmier (IDE) ayant suivi, en plus de leur formation initiale, une formation universitaire spécifique de deux ans reconnue au grade master et correspondant à des compétences relevant du champ médical précisées par arrêtés et décrets du 18 juillet 2018.
Ce nouvel exercice professionnel répond à des besoins émergents de santé, notamment en Pays de la Loire, en termes de soins primaires et de soins hospitaliers et ce, dans toutes les disciplines. De nombreuses expériences sont d’ailleurs d’ores et déjà effectives dans divers services du CHU de Nantes (notamment dans le suivi des maladies rénales chroniques, en oncologie thoracique et en endocrinologie).
 
  • Un nouveau métier adapté à la prise en charge des patients chroniques et pour la prévention en santé

L’infirmier(e) exerçant en pratique avancée dispose de compétences élargies par rapport à celles des infirmier(e)s diplômés d’État. Ce professionnel participe à la prise en charge globale des patients, dans le cadre d’un protocole médical et dans une dynamique d’équipe pluridisciplinaire. Il participe à l’examen clinique, à la conduite diagnostique, aux actions de suivi, dépistage ou éducation et de mise en œuvre des thérapeutiques. Il peut également faire des prescriptions en propre, selon une liste définie d’examen biologique médical, ou des renouvellements de prescriptions médicales.
L’exercice infirmier en pratique avancée prend sens dans la prise en charge des pathologies chroniques stabilisées (par exemple maladie rénale chronique, dialyse ou transplantation rénale), en oncologie (prise en charge des cancers), pour les polypathologies courantes en soins primaires, ou encore pour la prévention en santé.

Objectifs : améliorer l’accessibilité aux soins primaires et favoriser le suivi des patients chroniques, sous la coordination d’un médecin généraliste ou spécialiste, en ambulatoire ou en établissement de santé ou médico-social. Le développement des soins ambulatoires et à domicile, mais aussi l’organisation territoriale des soins avec les groupements hospitaliers de territoire sont des axes incontournables au développement de la pratique avancée.
 
  • Une formation dédiée, accréditée par le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser)

A Nantes, la formation d’infirmier(e) en pratique avancée repose sur des pratiques pédagogiques plurielles, mêlant enseignants chercheurs médicaux et infirmiers, Nantais et à l’international. Elle vise à développer des compétences cliniques de haut niveau nécessaires à la prise de décisions complexes dans le contexte où l’infirmier(e) est autorisé(e) à exercer. Afin de développer une approche interculturelle des soins et pour développer un savoir d’excellence, les cours en sciences infirmières et en recherche seront réalisés par des enseignants chercheurs français, notamment de l’Université et du CHU de Nantes, ou internationaux (Québec, Liban et Brésil). Des tables rondes avec médecins, infirmiers et autres paramédicaux du territoire seront organisés afin de mettre en lumière la nécessaire collaboration pour un parcours de soins adapté à la singularité de chaque patient.

Des situations cliniques seront aussi travaillées tout au long de l’année sous la forme d’ateliers de pratiques simulées pour préparer ces infirmier(e)s à leur champ d’exercice professionnel. Les retours d’expériences permettront également l’analyse et l’évaluation des pratiques professionnelles au service de l’amélioration de la qualité des soins. Des stages viendront enfin concrétiser au réel les enseignements dispensés et mettre en perspective les contenus d’enseignement.

Riche et diversifiée, cette formation sur 2 ans permet l’acquisition d’un socle fondamental de connaissances dans le champ des sciences médicales, des sciences infirmières et de méthodologie de la recherche, puis une spécialisation sur l’un des domaines d’intervention, en lien avec le projet professionnel, via la rédaction d’un mémoire orienté sur l’expérience clinique ou sur la recherche.

Dès cette rentrée 2018, pour accompagner spécifiquement l’émergence de ces nouveaux métiers et anticiper les besoins, 10 infirmiers ont commencé leur formation au CHU de Nantes dans le cadre du dispositif de la promotion professionnelle de l’établissement. Ce lancement anticipé va permettre de mettre en place 10 nouvelles consultations dès 2020, à l’issue des 2 ans de formation de cette première promotion.