https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/trilogie-le-dernier-atlas_1637062035123-jpg
  • 22 novembre 2021 > 24 janvier 2022
    false false

Dans le cadre de l'édition 2022 du Prix BD Cezam organisé par le comité des personnels (CPUN), la Halle 6 Ouest reçoit l'exposition BD Le Dernier Atlas, une trilogie SF multi-primée, déjà entrée dans l’Histoire de la bande dessinée. Une oeuvre de réflexion humaniste, politique, écologiste, appelée à être mille fois redécouverte au gré des lectures…

La robotique, les arts graphiques, la littérature, les transformations sociétales, les chantiers navals, Nantes et Saint-Nazaire... en accueillant l'exposition de la BD Le Dernier Atlas, la Halle 6 Ouest — ancienne Halle Alstom et aujourd'hui Pôle interdisciplinaire des cultures numériques — propose une nouvelle occasion de croiser les disciplines et faire écho à sa propre histoire.
 

De la guerre des gangs à la guerre des mondes : la saga incontournable de 2019.

trilogie le dernier atlas

Synopsis
Ismaël Tayeb est lieutenant dans un gang criminel. Son grand patron lui donne un ordre qu’il ne peut refuser : trouver une pile nucléaire... Pour cela il va devoir remettre en marche et voler le dernier Atlas, un de ces immenses robots français qui géraient des constructions titanesques jusqu’au milieu des années 70, mais qui, suite à un grave incident à Batna durant la guerre d’Algérie, ont tous été démantelés… à l’exception du George Sand.Au même moment, Françoise Halfort, ex- reporter de guerre, se retrouve confrontée dans le parc de Tassili à un phénomène écologique et sismique sans précédent qui va bouleverser l’équilibre du monde...
 

Le Dernier Atlas est un récit de genre qui joue avec l’histoire. « Parler de choses appartenant au passé, c’est aussi un moyen de parler de maintenant », explique Fabien Vehlmann. Dans la série, les rapports entre l’Algérie et la France sont cruciaux. « Imaginer la reconstruction de la France via des robots-géants, ça renvoie à la vision de De Gaulle, estime Gwen de Bonneval. Justement, mon grand-père a été son aide de camp pendant vingt ans. On a, chacun, pu se projeter dans la thématique de la guerre d’Algérie ». Les pères d’Hervé Tanquerelle et de Fabien Vehlmann ont aussi participé au conflit en tant que militaires – le premier en tant que « simple troufion », le second en tant qu’aviateur – tandis que l’oncle de Fred Blanchard a lui été mécanicien d'hélicoptère.

 
exposition le dernier atlas 01 exposition le dernier atlas 02


Biographie des auteurs


Hervé TANQUERELLE (dessinateur) depuis son premier livre, La Ballade du Petit Pendu (l’Association) en 1998, il n’a de cesse de multiplier les expériences graphiques et narratives, en solo ou en collaboration avec de nombreux scénaristes. Son travail évolue dans des univers aussi variés que le fantastique, le polar, le péplum ou l’autofiction. De 2012 à 2015, il était le rédacteur en chef de la revue de bandes dessinées et fictions numériques Professeur Cyclope.

Gwen DE BONNEVAL (co-scénariste) a été primé au Festival International d’Angoulême 2010 pour « Messire Guillaume », en collaboration avec M. Bonhomme, Gwen de Bonneval aime diversifier les approches de la BD : tantôt auteur complet, tantôt dessinateur sur des scénarios de F. Vehlmann, ou encore scénariste pour des dessinateurs dont il se sent proche. En 2002, il créé le magazine Capsule Cosmique, fonde et dirige ensuite la collection BD des éditions Sarbacane, puis devient directeur éditorial du mensuel numérique Professeur Cyclope. Président du jury du festival international d’Angoulême en 2015, il co-fonde et co-préside l’association nantaise Maison Fumetti. En 2018 paraissent « Polaris ou la Nuit de Circé », avec Fabien Vehlmann, et « l’intégrale des Racontars , adaptation de Jørn Riel qu’il signe avec Hervé Tanquerelle.

Fabien VEHLMANN (co-scénariste) a d’abord fait des études arctiques » de management à Nantes, avant de s’orienter en 1998 vers la bande dessinée. Il oeuvre pour différents éditeurs, sa bibliographie compte une quarantaine d’albums dont « le Marquis d’Anaon », dessiné par Matthieu Bonhomme, et « I.A.N. », une série sur le thème des I.A., dessinée par Ralph Meyer. En 2006, il inaugure une aventure de Spirou et Fantasio dessinée par Yoann, et entame la série « Seuls » avec Bruno Gazzotti. Aux Utopiales, il a reçu le prix de la meilleure Bande Dessinée de science-fiction en 2002 pour « Des lendemains sans nuage » (Gazzotti-Meyer) et en 2010 pour « Les derniers jours d’un immortel » (Gwen de Bonneval)

Fred BLANCHARD (designer) a suivi les cours de l’École supérieure d’arts graphiques à Penninghen et il en sort en 1988. Sa carrière commence par l’illustration en indépendant pour divers magazines. En 1990 paraît son premier album, « Ran Corvo », sur un scénario de Doug Headline. À partir de 1991, il collabore régulièrement avec Olivier Vatine, d’abord sur « Aquablue », puis la bande dessinée « Star Wars »; tous deux créent le label Delcourt « Série B ». En parallèle, Blanchard travaille pour le cinéma en tant que designer et décorateur de dessins animés.