• Le 13 décembre 2019

Le Président Olivier Laboux a transmis un message à l'ensemble de la communauté universitaire le vendredi 13 décembre sur la situation de Nantes Université et du projet NExT.

 Chères et chers collègues,

Le Conseil d'Administration de Centrale Nantes, réuni le 9 octobre puis le 9 décembre, n’a pas approuvé les statuts et le décret de création de Nantes Université. Malgré les votes positifs des trois autres fondateurs (Université, CHU, Inserm), Nantes Université ne sera donc pas créée le 1er janvier 2020. Cette situation crée en outre une incertitude pour l’avenir de l'I-Site NExT.

Avec le CHU, l’Inserm, un appui total du CNRS et le soutien de la Métropole et de la Région, nous avons décidé de proposer à l’État une alternative au projet. Nous sommes déterminés et convaincus que les forces scientifiques du territoire sont remarquables et que nous devons privilégier la complémentarité. Ce projet alternatif, baptisé NExT2, conserve les axes industrie et santé du futur. Il prévoit également la création d’un nouvel établissement, idéalement au 1er janvier 2021, sur un modèle très approchant de celui prévu par le projet initial. L’IRT Jules Verne, l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes et l’École des Beaux-Arts Nantes Saint-Nazaire sont d’ores et déjà acteurs de cette démarche. La place de Centrale Nantes reste encore incertaine. Dès qu’une nouvelle direction de l'école aura été nommée, nous pourrons échanger sur le projet NExT2.

Ce projet a été présenté dans ses grandes lignes au Ministère le 10 décembre. Sur la base de ce document, que je vous invite à consulter, l’État nous fera part de sa position dans les jours qui viennent. Nous espérons obtenir son accord afin de pouvoir mettre en œuvre l’I-Site NExT2 au plus vite et le présenter devant le jury international à l’automne 2021.

Quoi qu’il advienne, je reste persuadé que notre université doit évoluer en lien avec les autres acteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation afin de mieux remplir ses missions de service public.

Je ne manquerai pas de vous tenir informés dès que possible.

Je vous prie de croire, chères et chers collègues, en mes sentiments dévoués.

Olivier LABOUX
Président de l’Université de Nantes