https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/mft_1611566638263-jpg
  • Le 25 janvier 2021
    false false

Vers une meilleure connaissance des premiers instants de l’Univers. Un nouveau détecteur a récemment été installé dans le cadre de l’expérience ALICE (LHC - CERN) : le Muon Forward Tracker (MFT). Le laboratoire de Physique Subatomique et des Technologies Associées (SUBATECH // Université de Nantes - Institut Mines-Télécom Atlantique - CNRS) a fortement contribué à la mise en place de ce trajectographe dont les premiers résultats sont attendus pour début 2022.

MFT Le laboratoire de Physique Subatomique et des Technologies Associées (SUBATECH) a eu un rôle crucial dans le développement et l’installation du MFT. Les chercheurs nantais ont particulièrement travaillé sur les circuits imprimés flexibles qui permettent d’alimenter, lire et contrôler les capteurs à pixels en silicium ; sur toute la mécanique du cœur du détecteur (les disques de support des capteurs, le système de refroidissement et la structure cônique maintenant ces disques) avec l’intégration associée, le système d’alimentation électrique des capteurs et toutes les étapes d’assemblage.

Après cette étape délicate, commence désormais une période de mise en route du détecteur et de son intégration dans l’environnement d’ALICE pour le faire fonctionner avec les autres détecteurs de l’expérience. Les premières collisions du Run 3 du LHC sont attendues pour février 2022.
 

C’est quoi ALICE ?

ALICE (A Large Ion Collider Experiment) est l'une des six expériences du CERN (Genève) sur l’anneau du Grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus puissant accélérateur de particules construit à ce jour. L'expérience ALICE étudie le plasma de quarks et de gluons, un état de la matière qui aurait existé juste après le Big Bang. La collaboration regroupe plus de 1 000 physiciens issus de 111 laboratoires et universités différents dans 31 pays dont le laboratoire SUBATECH.