https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/lemna_1619169445246-jpg
  • Le 23 avril 2021
    false false

Pendant que le monde entier vit au rythme de l'actualité "Covid-19", à Nantes, les chercheurs continuent de faire avancer la recherche et de répondre aux grandes questions scientifiques. Exploration de la surface martienne, décryptage de la matière noire,... pour faire une pause dans l’actualité Covid du moment, (re)découvrez chaque mois trois grandes découvertes "made in UN" qui vous ont peut-être échappé et garanties 100% "bonnes nouvelles".

À Nantes, les chercheurs mesurent l'impact économique du réchauffement climatique

LEMNA La prolifération de microalgues toxiques liée au réchauffement climatique aura des conséquences d'ici 2 100 sur la biodiversité de notre écosystème littoral, mais également sur les productions conchylicoles. Les chercheurs du Laboratoire d'économie et management de Nantes Atlantique (LEMNA) ont collaboré avec l'Ifremer de Nantes et plusieurs autres partenaires, dans le cadre d'un vaste projet européen (CoClime) pour mesurer l'impact économique du réchauffement climatique sur la filière conchylicoles et apporter des pistes de solution.

Cerveau : les chercheurs décèlent le "talon d’Achille" d’une tumeur cancéreuse

Santé Le glioblastome, une tumeur incurable du cerveau, est alimenté par un réservoir de cellules souches capables d'initier, maintenir et renouveler cette tumeur. Une étude menée par des chercheurs du Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers (CRCINA / CNRS, Inserm, Université de Nantes, Université d’Angers), et publiée dans The EMBO Journal, a décelé ce qui pourrait être le talon d'Achille de cette tumeur. Les chercheurs révèlent qu’un gène (MALT1) agit comme un point de contrôle vie/mort des cellules souches cancéreuses.



 

La matière noire à l’origine d’un scanner de nouvelle génération

Matière noire Des chercheurs du laboratoire SUBATECH (Université de Nantes - Institut Mines-Télécom Atlantique - CNRS) ont développé une nouvelle technique d'imagerie médicale à partir du xénon, un gaz rare habituellement utilisé dans la détection de la matière noire. Grâce aux propriétés particulières de ce gaz, cette technologie permettrait un examen plus précis des patients. Un premier prototype sera installé au CHU de Nantes avant le début des premiers tests. Un scanner à l’échelle de l’homme pourrait voir le jour à l’horizon 2025-2026.