https://unnews.univ-nantes.fr/medias/photo/photo-1550989460-0adf9ea622e2_1606999657436-webp
  • Le 30 novembre 2020
    false false

Comment garantir l'authenticité des produits biologiques ? Garantir au consommateur le respect des promesses nutritionnelles, santé, environnementales et sociales de la bio ? C’est tout l’enjeu et l’ambition d’un vaste programme de recherche TOFoo (True Organic food) doté d’un budget de 17,3 millions d’euros sur cinq ans et demi, et dont les laboratoires CEISAM et GEPEA de l’Université de Nantes sont partenaires. Réunis dans un consortium aux savoir-faire complémentaires d’une dizaine d’acteurs, industriels des secteurs de l’agro-alimentaire, du numérique, et de la recherche, ce projet qui vise à développer des analyses et des services pour garantir l’authenticité et l’intégrité des produits alimentaires biologiques, et s’appuie sur une démarche scientifique de rupture dans le domaine, plus particulièrement sur la recherche d’empreintes analytiques spécifiques aux produits issus de l’agriculture biologique.

L’entreprise Eurofins, le leader mondial des bioanalyses basé à Nantes (50 000 salariés et 800 labos dans le monde répartis dans 50 pays) coordonne ce projet d’envergure TOFoo (True Organic Food)  retenu par Bpifrance dont plus de huit millions d’euros sont financé dans le cadre du programme des investissements d’avenir (PIA). Il vise à travers le développement d’outils innovants la mise en place d’outils analytiques  de contrôle et de traçabilité pour authentifier les produits bio.  
Deux laboratoires de l’Université de Nantes, le  GEPEA à travers l’équipe Team-LRY et le CEISAM à travers l’équipe MIMM ont été sollicités pour faire partie de ce consortium qui réunit  10 partenaires.

« Nous nous réjouissons d'être impliqués dans ce projet national ambitieux par l'intermédiaire de nos laboratoires CEISAM et GEPEA. Ce projet emblématique met en valeur nos laboratoires qui mènent une recherche scientifique de pointe et contribuent au développement de la filière agro-alimentaire. Ce projet associant acteurs industriels et académiques participe au rayonnement de nos laboratoires et démontre, une nouvelle fois, leur rôle important dans les transformations industrielles à venir. » Frédéric Jacquemin, Vice-président Innovation et partenariats

Une collaboration de longue date
Ce n’est pas la première fois que l’Université travaille avec le Groupe Eurofins. Leurs liens sont très étroits et ce depuis l’origine de la société en 1987. En effet, cette dernière est issue de l’Université puisqu’elle a été créé à l’époque par un couple de chimistes travaillant dans un laboratoire CNRS/Université de Nantes.  Ces collaborations autour de la chimie analytique et de la technologie  RMN (résonance magnétique nucléaire) ont construit au fil des ans des relations privilégiées  aussi bien en terme de partenariat de recherche que de formation (stage, thèse, Cifre…).

  • Le CEISAM (Chimie et Interdisciplinarité, Synthèse, Analyse, Modélisation) sera en charge du développement d’analyses de profilage isotopiques par spectroscopie de résonance magnétique nucléaire (RMN) et Spectrométrie de Masse de Rapports Isotopiques (IRMS). Des technologies de pointe que maitrise le laboratoire. Le financement est de 625 K€ pour une durée de 66 mois.
  • Le GEPEA (Génie des Procédés Environnement – Agroalimentaire) apportera son savoir-faire et ses compétences en spectroscopie Raman, fluorescence et en imagerie chimique sans marquage. L’équipe Team LRY possède toute l’expertise scientifique et technique pour mener à bien les analyses, ainsi qu’une solide expérience dans l'analyse statistique et l'exploitation de données spectroscopiques acquises sur les échantillons biologiques. Le financement est de 412 K€ pour une durée de 66 mois.


Malgré un cahier des charges strict, une réglementation européenne et un système de certification des opérateurs, la filière de l’agriculture biologique reste vulnérable à des pratiques qui remettent en cause la conformité au cahier des charges bio des produits. Les analyses physico-chimiques actuelles montrent des limites pour caractériser pleinement la démarche de l’agriculture biologique. Le projet TOFoo propose le développement et la mise en place d’un panel très large d’outils analytiques.

De nouveaux outils d’analyse
Ces méthodes recueillent l’empreinte analytique globale des produits par une approche « non-ciblée», mais aussi des méthodes d’identification d’additifs alimentaires non-autorisés et de caractérisation des nanoparticules manufacturées. Elles seront appliquées aux produits végétaux (fruits, légumes, céréales) et laitiers. L’équipe MIMM du CEISAM apportera sa compétence dans le domaine des analyses isotopiques par le développement de nouvelles méthodologies centrées sur le lait et le blé. Ainsi, la RMN 2D isotopique 13C sera développée pour réduire la durée d’analyse et le profilage 15N par GC-IRMS des acides aminés sera optimisé. De même un nouvel instrument de mesure RMN, permettant plusieurs analyses sur le même échantillon sera élaborée et le prototype validé au cours du projet TOFoo.

Ainsi, outre les nouvelles analyses développées, chaque partenaire contribuera à l’émergence de nouvelles solutions : développement des appareils portables d’analyse rapide in situ, amélioration des performances des équipements de laboratoire avec des technologies émergentes, constitution et exploitation de bases de données de plusieurs milliers d'échantillons grâce à des traitements statistiques innovants à la croisée du « big data » et de l'intelligence artificielle.